Etat de l’art sur les technologies numériques pour l’enseignement des sciences

Comme je vous l’ai expliqué il y a quelques temps, je fais pas mal de veille technologique ces derniers temps. Je poste régulièrement sous la forme de billets de blogs des captures d’écran des choses qui me semblent dignes d’intérêt. Dans les billets qui viennent, je fais une petite synthèse de ce tour d’horizon, car les screenshots accompagnés de quelques lignes sybillines, je suis d’accord que ce n’est pas nécessairement très digeste.

L’objectif est de fournir un premier état de l’art des outils employés en classe dans le cadre de démarches apparentées au projet Savanturiers. Il vise à compléter le travail d’observations de terrain. Je ne traite aujourd’hui que du contexte de cet état de l’art. 

Une première revue de la littérature sur les cahiers de laboratoire électroniques (CLE) avait été réalisée dès septembre 2016. Depuis, l’organisation d’une première itération d’un comité de conception a fait émerger un certain nombre de pistes de réflexion relatives aux types d’outils, aux fonctionnalités, et dans une certaines mesures, aux théories sur lesquelles pourrait se fonder la conception du CNEC. Suite à ce Cocon, j’ai réalisé un travail de revue de la littérature scientifique, mais aussi un état de l’art relatif aux outils disponibles en ligne, gratuitement ou non, mais non nécessairement répertoriés dans la littérature scientifique.

Cet état de l’art m’a permis d’identifier un certain nombre d’outils existants sur le marché, dont notamment des outils développés par des industriels comme Microsoft, et qui ne peuvent être ignorés. Les billets qui suivent ne regroupent qu’une sélection restreinte des outils identifiés au cours de cet état de l’art. Au vu de la diversité des outils qui peuvent être utilisés dans l’enseignement de la démarche d’investigation, de la multiplicité des approches, notamment en termes de collaboration, je ne prétends pas à l’exhaustivité. Une quête d’exhaustivité pourrait m’amener à recenser une bonne moitié des technologies éducatives développées à ce jour. L’idée est d’avoir une idée générale des grandes directions que l’on peut emprunter. Lorsque les premiers arbitrages sur les orientations technologiques seront réalisés, alors j’approfondirai cet état de l’art en fonction des décisions qui auront été prises.

La question du partage de cet état de l’art m’a confronté à de vives interrogations quant aux modalités optimales de sa médiatisation. Au début, je voulais faire une monographie comportant les captures d’écran réalisées, ainsi que les légendes correspondantes. Cette première approche s’est révélée problématique pour au moins deux raisons. La première est que la multitude de captures d’écran (au moins deux par pages) n’est pas adaptée à un document de cette nature. La seconde est que chacune des catégories identifiées au cours de cet état de l’art fait l’objet d’une veille technologique. L’approche par monographie manque de flexibilité lorsque l’on souhaite réaliser des mises à jour fréquentes. Les mises à jour doivent pouvoir être accessibles immédiatement, et ne pas dépendre de l’avancement de telle ou telle sous-partie du document. Par conséquent, les billets qui suivent structurent la démarche, mais ils renvoient à des billets de blog à jour, où le lecteur qui le désire pourra approfondir ses lectures, consulter les captures d’écran et les brèves explications correspondantes.

Nombre des technologies qui seront évoquées dans ces billets n’ont pas été conçues spécifiquement pour l’Enseignement Scientifique Fondé sur l’Investigation (ESFI). Ainsi, les ESFI peuvent faire appel à des technologies visant à formaliser une argumentation, un raisonnement, à faciliter le travail d’équipe, à publier et communiquer sur des résultats, toutes technologies qui peuvent être mobilisées dans divers autres contextes, scolaires ou non. Ainsi, un certain nombre d’outils mobilisés dans le contexte des sciences citoyennes ou de l’innovation ouverte ont été pris en compte.

Voilà, vous avez approximativement l’esprit de ma démarche. Dans les prochains billets, nous entrons dans le vif du sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>