Etayage et formulation d’idées (hypothèses, questions de recherche, etc.)

Les scaffolds auxquels nous nous intéresserons dans ce billet sont dédiés à la formulation d’idées (questionnement, hypothèses, etc.). Plusieurs types d’outils peuvent être utilisés au cours de la phase de formalisation d’une idée.  Nous en donnerons trois, qui, ensemble, sont représentatifs des scaffolds existants.

Etayage pour la formulation d’idées

Le premier consiste en un champ texte accompagné d’une liste déroulante, qui constitue l’essentiel du scaffold. Les élèves doivent qualifier l’idée qu’ils produisent à partir d’un des éléments de la liste déroulante, ces éléments ayant été conçus ou non par l’enseignant. Nous pouvons illustrer cette idée à partir de l’outil de génération d’idée du Knowledge Forum, qui propose une banque de scaffolds.

L’élève choisit au sein de cette banque en fonction de la nature de l’idée qu’il propose (théorie, expérience, etc.). Ce choix conduit à l’apparition de listes déroulantes spécifiques, qui permettent de qualifier plus finement l’idée. On peut par exemple se baser sur des typologies pré-existantes (publiées notamment dans la littérature scientifique) pour qualifier les idées proposées. Le premier exemple est issu du Knowledge Forum. Le Scaffold utilisé est le Theory Building. L’élève déclare ainsi que sa contribution vise à faire avancer la théorisation. Des scaffolds supplémentaires sont ensuite utilisés pour qualifier les différentes composantes de la contribution : exemple, preuve expérimentale, source, etc.kf

Le second exemple, ci-dessous, est tiré de l’IBLE WISE. Il ne s’agit pas de qualifier la nature de l’idée, mais d’identifier sa source.

wise5

Le deuxième scaffold consiste en une concaténation de champs textes orientés par des consignes. La fonctionnalité guide l’élève dans la formulation, et concatène les différents éléments de l’idée (ci-dessous une hypothèse) ainsi formés en une seule phrase.

scaf-idea-1

Le dernier type de scaffold exclue les champs ouverts, et se base sur des systèmes de glisser-déposer impliquant connecteurs logiques et éléments d’intérêt (pré-existants). Dans l’exemple qui suit, correspondant à l’Hypothèse scratchpad du projet Go-Labs, les connecteurs logiques peuvent être déterminés à l’avance, tandis que les propositions qu’ils mettent en relation peuvent être rédigées par l’élève ou l’enseignant. Ainsi, si l’objet de la démarche est de mettre à jour de manière quantitative des liens de cause à effet entre deux variables d’intérêt, les connecteurs logiques de type si … alors … suffisent à structurer l’hypothèse. Des éléments permettant la comparaison entre variables (plus grand, plus petit, égal) peuvent être ajoutés dans les termes à manipuler. Un enseignant peut fixer à l’avance le nombre et la nature des variables que l’élève manipule (dans l’exemple qui suit : température, intensité lumineuse, etc.). En contraignant ainsi le nombre de possibilités, il réduit le nombre de combinaisons possibles.

scaf-hyp

On constate dans la figure suivante que la formulation de la question de recherche peut suivre une logique relativement similaire.

scaf-quest
On notera que ce type de fonctionnalités (formulation d’hypothèses ou de questions sur la base de briques pré-existantes) a été utilisé dès les années 1980 dans les rares prototypes de tuteurs intelligents dédiés à l’apprentissage de la démarche scientifique (Shute & Bonar, 1985). Ainsi, le micromonde Adamstown portait sur la compréhension de la loi de l’offre et de la demande. Le tuteur estimait que la connaissance visée avait été acquise lorsque l’hypothèse formulée par l’élève (à partir de connecteurs et de variables pré-existantes) correspondait à une séquence.

PS : Ce billet fait partie d’une collection de publications que je produis dans le cadre d’une veille technologique en lien avec mon post-doctorat à l’Université Paris-Descartes. Pour plus de détails quant à la démarche sous-jacente, je vous renvoie à ce billet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>