L’étayage à l’échelle de la démarche d’investigation prise dans son ensemble

Rappelons que dans le contexte qui est le nôtre l’étayage vise à encadrer le travail des élèves à chacune des étapes de la démarche d’investigation. Ces fonctionnalités correspondent à ce que l’on nomme dans la littérature anglo-saxonne les « Scaffolds » pour le « Inquiry-Based Learning ». En d’autres termes, l’étayage pour la démarche d’investigation.  Il existe une certaine diversité de Scaffolds, que nous ne détaillerons pas ici.

Des scaffolds à de multiples échelles

L’étayage doit pouvoir être envisagé à différentes échelles, celle de la séquence pédagogique dans son ensemble, avec son lot de séances, et celle d’une activité prescrite prise individuellement. La séquence pédagogique ne saurait être confondue avec la succession des étapes-types de la démarche d’investigation dans la mesure où des allers-retours sont possibles. L’enseignant peut ainsi décider de revenir sur une étape de collecte de données après avoir réalisé une première interprétation de résultats obtenus antérieurement dans la démarche.

Soulignons également que l’enseignant doit être en mesure de disposer d’une certaine liberté d’action dans la mise au point de templates adaptés aux activités qu’il souhaite mettre en place avec les élèves. Il doit donc disposer d’un outil-auteur permettant la création de templates, et doit pouvoir éditer les modèles de templates qui lui auront été éventuellement fournis.

Etayage à l’échelle de la démarche d’investigation

Dans le contexte de l’étayage de la démarche d’investigation prise dans son ensemble, l’utilisateur, enseignant ou élève, doit planifier une séquence d’activités. Une fonctionnalité de glisser-déposer à partir d’éléments pré-existants est utilisée dans certains IBLE, comme le Knowledge Integration Environment (KIE). La conception de tels scaffolds nécessite de délimiter de manière précise la nature des étapes de la démarche d’investigation suivie.

kie2

plus un ensemble d’activités non hiérarchisées qu’il reviendrait à l’utilisateur de séquencer, mais des séquences d’activités complètes, sur la base des réponses à un certain nombre de questions lui permettant d’affiner son projet.

Un système de recommandations basé sur des questions posées aux enseignants

Éventuellement, l’enseignant peut se voir demander les caractéristiques de son projet, identifier le type de démarche d’investigation qu’il souhaite suivre : Y-a-t ’il une étape de collecte de données ? Si oui, y-a-t’il une composante expérimentale au cours de la collecte de données ? Quelles sont les contraintes associées au projet, en termes de nombre de séances, etc. ?

Sur la base des réponses, on pourrait proposer un ensemble de recommandations, prenant en compte la diversité des formes de démarche d’investigation. Cela implique un travail de typologisation des démarches d’investigation afin d’offrir aux enseignants un panel au sein duquel ils pourront choisir. L’objectif est d’éviter de tomber dans une vision stéréotypée de ce qu’est la démarche d’investigation (comme le célèbre OHERIC, pour Observation, Hypothèse, Expérience, Résultats, Interprétation, Conclusion).

Il faut aussi prendre en compte le fait que le degré de dévolution peut varier selon les étapes de la démarche. Ainsi, l’enseignant peut se montrer relativement directif sur les étapes préliminaires de la démarche – identification et appropriation de la question de recherche – et laisser aux élèves une grande part de responsabilité quant à la formulation d’hypothèses ou à la proposition d’expériences. Certaines typologies des démarches d’investigation se basent exclusivement sur la répartition des rôles dans la détermination de la question, des procédures de recherche, et des réponses (par exemple, la typologie Open Inquiry, Guided Inquiry, Structured Inquiry, Confirmation/verification de Tafoya et al., 1980).

Les recommandations faites à l’enseignant se doivent de prendre en compte cette diversité de démarches d’investigation. On voit ici l’importance qu’il y a à creuser la questions des typologies qui ont été produites sur la question.

PS : Ce billet fait partie d’une collection de publications que je produis dans le cadre d’une veille technologique en lien avec mon post-doctorat à l’Université Paris-Descartes. Pour plus de détails quant à la démarche sous-jacente, je vous renvoie à ce billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>